#EPISODE 33: Comment mieux écouter ?

Si vous me suivez régulièrement vous pouvez constater que le titre de cet épisode est très proche du précédent qui été “ Comment être mieux écouté ?
Aujourd’hui nous allons donc voir comment vous allez pouvoir mieux écouter.
Et pour cela je vais me servir de George Brassens.
Oui George Brassens, ce fameux chanteur Sétois, qui savait Ô combien manier la langue française mais qu’il fallait bien écouter.
Alors oui, à ce moment, je viens peut-être de perdre une bonne partie de mon auditoire puisque je fais référence à un chanteur des années 60/70.
Mais je vous engage à découvrir ou redécouvrir ce monument de la chanson française.
Comment j’en suis arrivé là?
Eh bien, en lisant “ L’Analyse Transactionnelle  » de Nicolas, Cardon et Lenhardt, je suis tombé sur cet échange entre un journaliste et George Brassens.
Et cet échange m’a vraiment fait tilt.
Je vais commencer par vous livrer quelques échanges afin que vous compreniez bien où je veux en venir.
A un moment de l’interview George Brasses dit à l’intervieweur (André SEVE):
Tu suis ta pensée, je sens ça. Tu viens ici avec des idées préconçues et tu veux toujours suivre ton chemin, pas le mien. Quand j’avance quelque part sur une idée, il faut me laisser partir et tu m’arrêtes. Là, j’aurais pu dire des choses mieux. Mais il faut le temps pour que ça vienne.
Ce à quoi le journaliste lui répond: “ On y reviendra.
Et Brassens de répondre: “ Il ne faut même pas dire qu’on y reviendra, il faut qu’on continue de parler, sans que tu t’occupes des questions que tu as fabriquées ou que toi, tu veux suivre. Veux-tu Brassens ou veux-tu fabriquer Brassens ? Si tu suis ton idée, tu perds ce que moi, en suivant ce qui me venait, j’allais te dire…

Brassens avait bien perçu que le journaliste avait une idée préconçue et qu’il voulait avoir SES réponses.
Mais du coup il allait se priver du vrai Brassens.
Ne suivez pas toujours votre pensée, laissez la personne avec qui vous discutez vous embarquer, laissez-la se livrer.

Lorsque vous discutez avec quelqu’un, soyez curieux de le découvrir vraiment.
N’arrivez pas avec vos idées préconçues ou acceptez de vous en débarrasser rapidement.
Acceptez cette découverte que vous apporte ce que j’appelle un VRAI échange.
Vous en ressortirez enrichi.

Vous avez sans doute, comme Brassens, déjà ressenti cette impression quand des journalistes interviewent des personnalités, encore plus quand ce sont des personnes que vous appréciez.
Vous avez envie de découvrir des traits de personnalité différents, d’en savoir plus, d’être surpris même.
Et puis vous êtes déçu car le journaliste reprend son fil rouge, lit ses notes et continue comme si de rien n’était.
Il reste dans son cadre bien établi.

Écoutez ce que nous dit encore George Brassens:

[…] tu attends, tu attends, et quand ça coïncide avec ce que tu attends, pof, ça fait tilt, tu me regardes d’une façon vivante, tu es ouvert. Mais quand ça ne coïncide pas, je vois ton visage sans vie, je te surveille, tu sais, j’en apprends beaucoup sur toi en observant ton comportement d’intervieweur. Tu arrives ici avec Brassens entièrement préfabriqué dans ta tête et tu veux me faire entrer là-dedans. La seule chose qui t’intéresse, c’est de me faire dire ce que, d’après toi, Brassens doit dire, ce que Brassens doit être. Tu pourrais avoir le vrai Brassens, et en tout cas un Brassens inattendu. Mais tu t’es préparé au Brassens que tu veux. On attend toujours les êtres comme on les veut, on n’est pas prêt à la surprise .

Moi qui viens de commencer les interviews, j’ai effectivement des questions à poser mais j’aime bien me laisser porter par la conversation, découvrir la personne en face, la laisser se livrer.
Quelle richesse quand on a ce comportement-là.

Vous avez noté que Brassens observe l’intervieweur. Un facteur très important dans vos échanges. La personne que vous avez en face de vous, vous observe. Elle voit dans quelle position d’écoute vous êtes.

Faites comme le disait Brassens, soyez prêt à la surprise. Lors de vos échanges soyez neutre, soyez ouvert, soyez à l’écoute (la vraie, l’attentionnée) et vous en ressortirez enrichi et connaitrez réellement votre interlocuteur.
Plus vous connaitrez votre interlocuteur plus vous pourrez échanger avec lui et faire passer votre message.
Alors la prochaine fois, laissez vous surprendre.

Cet article vous a plu ? Je compte sur vous pour le partager. Laissez moi un commentaire, abonnez-vous. Merci d’avance.

 

Vous avez la flemme de lire l’article ? Ecoutez le :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + quatorze =